Partez à la rencontre des appellations AOP, AOC, IGP et IG !

10/03/2021
Partez à la rencontre des appellations AOP, AOC, IGP et IG

Que signifient les différentes appellations AOP, AOC et IGP ?

En France, il existe plusieurs sigles permettant de signaler la qualité d'un produit alimentaire. Ces sigles témoignent de l'exigence de l'éleveur ou de l'agriculteur ainsi que de la finesse du produit proposé. Ces produits sont soumis à des contrôles réguliers qui vérifient l'authenticité du produit.

Il existe trois appellations différentes qui correspondent à l'Indication Géographique :

  • l'AOP : l'Appellation d'Origine Protégée. Cette appellation désigne un produit qui a été fabriqué par le biais d'un savoir-faire reconnu dans une zone géographique bien précise. Les produits dits du terroir ont bien souvent cette appellation. On peut par exemple penser à l'huile d'olive de Nîmes, au Comté ou encore au poulet de Bresse
  • l'AOC : l'Appellation d'Origine Contrôlée. Ce sigle répertorie des produits alimentaires répondant aux mêmes critères que les produits AOP. L'AOC protège le nom du produit sur tout le territoire français en attendant qu'il soit reconnu, enregistré puis protégé en Europe. L'AOC peut aussi protéger des produits non alimentaires tels que le bois. L'AOC concerne des produits du patrimoine comme le piment d'Espelette, le Champagne, le Chablis ou encore le cidre du Cotentin. Dans le domaine du vin, l'AOC possède une mention « traditionnelle » qui permet aux différents vins de notre patrimoine d'être reconnus et protégés sur le territoire européen.
  • l'IGP : l'Indication Géographique Protégée. Ce sigle concerne les produits fabriqués et transformés dans une région ou une ville françaises bien précise. La transformation de ces produits suit un processus stricte. L'IGP est un sigle européen et protège ainsi le nom du produit au sein de l'Union Européenne. L'IGP concerne, par exemple, le jambon de Bayonne, le Saint-Marcellin ou encore le riz de Camargue.

En quoi ces appellations protègent les producteurs et commerçants français ?

Les différentes Indications Géographiques protègent les commerçants français car elles offrent un statut prestigieux et une protection juridique aux produits. Les IG sont des outils marketing incontournables qui permet d'obtenir la confiance des acheteurs qui se dirigent tout naturellement vers des produits français reconnus pour leurs propriétés gustatives.
L'IG place un produit régional sur les rails du commerce international ce qui est intéressant pour exporter les produits français dans d'autres régions du globe.
L'IG est attribué à tous les commerçants d'une région spécifique qui respectent les conditions de production. Il s'agit donc bien d'un droit collectif. La distribution des revenus est ainsi facilitée. Pour les petits producteurs, l'IG est un avantage énorme car elle ne demande aucun renouvellement et rapporte des bénéfices importants.

Les différentes appellations ne constituent pas un droit exclusif. L'objectif n'est pas d'empêcher la concurrence mais bien d'interdire l'utilisation du nom du produit par les concurrents. Par exemple, les pruneaux d'Agen, très réputés en France, peuvent faire face à d'autres concurrents mais ces derniers n'ont pas le droit d'utiliser le mot « Agen » pour leurs produits.

Comment obtenir l'une de ces trois appellations ?

Pour obtenir le tant convoité sigle AOP ou AOC il y a plusieurs choses à respecter :

  • être commerçant ou fabricant dans une zone de production géographique bien délimitée
  • répondre précisément à un cahier des charges
  • jouir d'une notoriété assez importante et établie durablement
  • faire l'objet d'une procédure de reconnaissance en AOC par le biais de l'Institut National des Appellations d'Origine (INAO) puis en AOP par le biais de l'Union Européenne

Pour le dossier AOC, il faut préciser le nom du produit, ajouter une description de ce produit, la délimitation de la zone géographique de production ainsi que des preuves montrant que le produit fait bien partie de cette zone. Ensuite il faut décrire avec précision la méthode de fabrication du produit, les références des différentes structures de contrôle, les spécificités de l'étiquetage et enfin les exigences nationales.

Sur quel type de produits s'appliquent ces appellations ?

Labels de qualité, les appellations s'appliquent aussi bien aux secteurs agricoles, agroalimentaires et viticoles. Gages d'excellence, les produits comme le brie de Meaux, l'huile d'olive de Nîmes, le miel de sapin des Vosges ou encore les pré-salés du Mont Saint-Michel sont autant de produits possédant l'appellation AOP. On pourrait en citer de nombreux autres, notamment des vins puisque la France a plus de 300 vins répertoriés en AOP.

L'exemple du Mont d'Or : un des derniers fromages saisonnier

Le Mont d'Or, produit et fabriqué dans le Haut Doubs en Bourgogne-Franche-Comté, est l'un des fromages les plus appréciés en France et son histoire remonte à loin. On le trouvait déjà sur les tables royales de Louis XV au XVIIIème siècle. En 1981 le Mont d'Or reçoit l'appellation AOC qui reconnaît officiellement l'histoire de ce fromage local, sa tradition ancestrale, son terroir et ses procédés de fabrication d'excellence. En 1996, le Mont d'Or obtient l'appellation AOP qui le protège au sein de l'Union Européenne et l'exporte partout en Europe.

La filière Mont d'Or c'est :

  • 10 fromageries
  • 400 producteurs laitiers
  • 1 hectare d'herbe par vache laitière
  • 21 jours d'affinage au minimum
  • 5 500 tonnes de Mont d'Or vendues par an

Le Mont d’Or est aussi appelé Vacherin du Haut Doubs, ce qui montre son fort ancrage local. Ce fromage bénéficie d'une appellation AOP, permettant de garantir aux acheteurs que chaque étape de fabrication a lieu dans la zone géographique délimitée de l'AOP, à savoir le Haut-Doubs à plus de 700 mètres d’altitude. Ce label européen assure un savoir-faire reconnu et apprécié.

Les vaches laitières autorisées dans la production de ce fromage sont des vaches de races locales : la Montbéliarde et la Simmental. Les vaches sont traites deux fois par jour à des heures régulières dans le respect total de l'animal. Elles ne sont nourries qu'avec des produits de qualité : du foin en hiver et de l'herbe pâturée en été. Le fourrage fermenté leur est interdit et l'apport de céréales complémentaires est limité. Le lait n'est ni pasteurisé ni thermisé et sa température ne dépasse jamais les 40° C. Le lait est pressé dans des moules, démoulé puis cerclé dans une sangle en bois d'épicéa. Le fromage est retourné chaque jour puis frotté avec de l'eau salée pendant au moins 21 jours, sa durée d'affinage.

Commentaires

Aucun post trouvé

Ajouter un avis